top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAdmin

Le leadership partagé

Le leadership partagé,

Inspiré du troupeau de chevaux

Pour mettre ses talents et ses points forts au service du groupe.



Qu’est-ce que le leadership partagé ?


Les chevaux, animaux proie, communiquent essentiellement par le non-verbal, ce qui est à l’opposé de notre système complexe de communication basé majoritairement sur le verbal.

Ils expriment leurs émotions sans filtre et se décryptent les uns les autres, accédant à la réalité de l’état intérieur des autres membres du troupeau.


Ce système génère des relations entre individus fondées sur la confiance partagée, laquelle assure la cohésion du groupe et autorise la performance (survie) dans la durée.

La coopération l’emporte sur la compétition. Respect de l’écologie de chaque individu.

En management, on dirait :

co-responsabilité et co-construction.


L’organisation sociale du troupeau est inspirante.

Il y a une place pour chacun, la coopération prime sur la rivalité et les rôles sont interchangeables selon les situations.

Le système est matriarcal (leadership vertical), il y a une jument dominante qui veille au bon fonctionnement du troupeau mais elle laisse volontiers sa place aux autres membres du troupeau quand cela est nécessaire (leadership horizontal). Pour exemple, chacun prend à son tour le rôle de sentinelle pour que les autres puissent se reposer. Celui qui sait où se trouve un point d’eau sera automatiquement suivi par le troupeau.


En se basant sur ce système, les entreprises peuvent aplanir leur hiérarchie, devenant ainsi plus humaines, plus innovantes et plus performantes.

Des leaders officiels peuvent partager leurs responsabilités avec des leaders ponctuels. Que ce soit par expertise, par reconnaissance ou par crédibilité, certains leaders ponctuels peuvent se laisser porter par le leadership de l’équipe en guidant et en orientant les actions des membres.


Tous les employés peuvent occuper un rôle décisionnel, ce qui les incitent à s'engager dans une dynamique de réflexion, de collaboration et de liberté d'expression qui contribue à accroître leur implication dans leur vie professionnelle. Outre une plus grande productivité, on remarquera que le bien-être et la santé mentale gagneront en qualité. En adoptant ce modèle, l'entreprise verra sa croissance augmenter, et l'engagement de ses employés sera décuplé.


Les règles d’un bon leadership partagé:

1. Les collègues sont redevables les uns envers les autres, et la responsabilité est partagée.

Plusieurs activités qui auparavant étaient assumées par des gestionnaires sont distribuées et ainsi les responsabilités sont partagées. Il ne s’agit plus de faire assumer à une seule personne tout un tas d’activités telles que : établir des objectifs, organiser les tâches à accomplir, fixer les salaires, se soutenir et se motiver les uns les autres, se tenir les uns les autres responsables de la performance et soutenir le développement de tous.

2. Chacun assume son propre leadership.

Dans le leadership horizontal, les gens peuvent comprendre les choses par eux-mêmes, entre eux. Il n’est pas nécessaire que quelqu’un investi d’une autorité accorde sa permission ou son approbation ou fasse les choses à la place des autres. Un leader n’est pas un supérieur hiérarchique. Nous sommes tous des leaders.

3. On n’impose rien et pourtant chacun honore ses engagements.

Pour qu’une mentalité horizontale se déploie avec succès, les gens doivent honorer leurs engagements ; sinon, les autres devront s’en charger. C’est précisément la responsabilisation issue du sentiment d’appropriation du processus qui inspire les individus à respecter ces engagements.

4. Les actions sont participatives et adaptées aux circonstances.

L’horizontalité n’est pas le chaos !

Il y a des règles et le manager est toujours là pour réguler en cas de besoin.

Même en situation de crise ou d’échéance préoccupante, on ne fait pas marche arrière vers la crainte et le contrôle. On se replie plutôt sur la confiance qu’on a bâtie entre collègues.

5. L’organisation est équitable, générative et juste.

Le leadership partagé permet de s’éloigner des pratiques coercitives et patriarcales.

Les employés trouvent un sens à leur travail et se sentent à leur place.



Que faire pour mettre en place un leadership horizontal ?


C’est là que le coach entre en jeu !


Car repérer les talents et les points forts de chacun, c’est la base.

Il faut connaître les membres de son équipe pour pouvoir faire appel à eux selon les besoins du moment.

Et quoi de mieux que de tous de découvrir au cours de team building, d’activités de groupe, de processus de coaching, de séminaires ?...


Qu’est-ce qu’un talent ?


3 critères :

1- Vous êtes bon dans ce domaine pratiquement à tous les coups.

2- C’est une source de plaisir.

3- Ca vous est naturel. Vous êtes dans votre élément.


Un talent ça se cultive !


Qu’est-ce qu’un point fort ?


Point fort = talent + connaissances + pratique


« Le temps passé à cultiver nos points forts nous mène plus loin

que le temps passé à corriger nos points faibles. »



Les bases sont posées dans cet article.

Je pourrais encore développer et développer mais rien de tel que la pratique maintenant J

Et si vous voulez vous faire accompagner dans cette voie, vous trouverez mes coordonnées sur le site.


Ah ! Encore une chose ! Vous voulez connaître le secret d’une équipe qui fonctionne au maximum des ses capacités ?


C’est le Leadership partagé !

Cet équilibre entre leadership vertical et leadership horizontal issu de la force collective du groupe et du leadership de chacun.


Bon, vous avez compris je pense,

Merci de m’avoir lu et n’hésitez pas à commenter et donner votre avis.


Julie



27 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page